STOP A LA GENTRIFICATION TOULOUSAINE,NON AUX GHETTOS DE RICHES

Notre réaction suite aux annonces de la mairie sur le quai saint-pierre

Alors que Toulouse reste en deçà des obligations réglementaire en terme de nombre de logements sociaux
Alors que Toulouse affiche plus de 30 000 demandes en cours de logements sociaux non satisfaites
Alors que la Préfecture 31 et la Mairie de Toulouse rabâchent sans cesse qu’il n’y a pas suffisamment de place d’hébergement alors même que Toulouse compte 23 000 logements vides et 240 000 m2 de bureaux vides et qu’elles auraient la possibilité d’appliquer un arrêté de réquisition…

La Mairie de Toulouse continue de vendre petit à petit notre jolie ville rose aux promoteurs immobiliers pour continuer de faire fleurir des appartements de luxe ! Hier, c’était la construction d’appartement de luxe dans l’enceinte de l’hôpital La Grave (11 000euros/m2), aujourd’hui, c’est le bazacle, et bientôt ? La cité administrative qui a pourtant fait l’objet d’une rénovation massive de plusieurs millions d’euros et qui va finalement être reconstruite à neuf à deux pas de l’actuelle cité !

STOP A LA GENTRIFICATION
STOP A LA POLITIQUE D’URBANISME ET D’AMÉNAGEMENT CONSTRUITE PAR LES RICHES POUR LES RICHES

  • Construisons MASSIVEMENT des logements TRES Sociaux (PLAI)
  • Encadrons les loyers comme c’est déjà le cas d’en d’autres grandes villes (notamment Paris)
  • Réquisitionnons les bâtiments vides pour créer des places d’hébergement et des logements sociaux, pour permettre à toutes et tous de vivre DIGNEMENT, dans une ville solidaire, cosmopolite, et

Un Toit C’est Un Droit !

300 000 SDF en 2020 ! Bienvenue en France !

Version textuelle  :

Automne 2020

Situation des personnes sans domiciles : Bienvenue en France !

 
 
«Je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri. Le gouvernement s’est beaucoup engagé ces derniers mois dans cette direction a beaucoup amélioré les choses, mais il y a encore des situations qui ne sont pas acceptables. Que je n’accepte pas davantage que vous. Nous continuerons donc l’effort indispensable pour réussir à pleinement respecter l’engagement que j’ai moi-même pris devant vous. Comptez sur ma détermination entière en la matière.»
Emmanuel Macron, 31 Décembre 2017
 
C’était il y a maintenant presque deux ans, Emmanuel Macron avait promis, lors de ses vœux pour l’année 2018, un domicile aux sans abris et de nouveaux logements pour les locataires de logements en état d’insalubrité. 
 
Quel en est-il de cette promesse, aujourd’hui, à l’automne 2020 ?
 
Près de 300 000 personnes sans domiciles en France
 
 
Selon les estimations de la fondation Abbé Pierre, ce serait bel et bien près de 300 000 personnes qui serait aujourd’hui sans-logis sur le territoire national. Loin de sa promesse de mettre un terme au sans-abrisme, Emmanuel Macron, semble en avoir accentué la gravité au cours de son mandat. Face à cet échec, c’est donc une fois de plus à la solidarité de prendre le relai, comme le dit le délégué général de la fondation :
 « On ne se sauvera pas les uns sans les autres. »
 
 
La crise de la COVID-19, un facteur aggravant ?
 
 
Il serait pertinent de penser que gérer la crise causée par le virus SARS-CoV-2 soit prioritaire vis-à-vis de la lutte pour l’accès à un toit en France, néanmoins, selon une enquête menée par Médecins sans frontières, Epicentre et l’Institut Pasteur sur le sujet, il semblerait que pour lutter efficacement contre la COVID, une lutte pour l’hébergement de masse soit nécessaire !
 
« Il ne faut pas que les dispositifs d’urgence qui permettent de mettre à l’abri temporairement des personnes sans hébergement, notamment à l’approche de la période hivernale, contribuent à créer de nouveaux foyers de contamination »,alerte Corinne Torre, cheffe de mission en France pour MSF.
 
L’hiver approchant et au vu des alertes lancées par ces diverses associations et fondations, il semblerait que la lutte pour l’obtention d’un domicile pour tous.te.s soit plus préoccupante que jamais.
 
 
Exigeons ensemble :
 
– Un financement public massif pour la construction de logements TRES sociaux (PLAI)
– La taxation des plus values de spéculation immobilière et du logement cher et l’arrêt de toute ponction sur les fonds du logement social
– Un moratoire des procédures d’expulsion
– La revalorisation des APL
– L’application de la loi de Réquisition par la Mairie de Toulouse et la Préfecture
– De manière générale : le respect du droit au logement et l’application de la loi DALO
 
Un toit c’est un droit !
 
 
 
Faire un don pour soutenir notre lutte : http://daltoulouse.org/?p=715

Rassemblement en soutien à Sébastien (DAL Montpellier)



Lundi 9 novembre, nous nous sommes rassemblés devant le foyer ADOMA de St Cyprien à Toulouse, pour soutenir Sébastien du DAL Montpellier et les autres locataires du foyer ADOMA du Père Soulas à Montpellier, qui dénoncent leurs conditions de vie depuis le printemps, sans être entendus, à peine écoutés. Lassé de cette situation, Sébastien a entamé une grave de la faim il y a 8 jours. Nous étions donc une quarantaine sur place, ressemblant différents collectifs (Comité Vérite & Justice 31, CGT Santé, ancien.ne.s de Justice et dignité pour les Chibanis et de Echanges et Savoirs Mémoires Actives, ainsi que des locataires d’ADOMA Toulouse)

Cette lutte est légitime, des témoignages à Toulouse expriment les mêmes difficultés, les mêmes abus de pouvoir, la détermination de Sébastien est implacable, nous espérons que les décideurs vont se remettre en cause vite, à Montpellier, à Toulouse et ailleurs !!! Des logements dignes et abordables, c’est pour toutes et tous, sans condition, dans soumission !
 
Cliquez ici pour retrouver l’ensemble des photos (Encore une fois merci à Benoît Maestre)

Stop aux punaises de lit !

Vidéo Benoît Maestre (http://www.lucioleprod.fr)

La ministre a annoncé le 6 octobre 2020 un plan d’action avec des propositions concrètes pour lutter contre le fléau des punaises de lit qui touche de nombreuses personnes.

Ce qu’on propose :

1) la reconnaissance qu’il s’agit d’un problème de SANTE PUBLIQUE et prise en charge des diagnostics et traitements par les pouvoirs publics 

2) un fonds d’urgence

3) un vrai plan national d’ERADICATION

4) un fond national de PRÉVENTION

5) l’Interdiction d’employer des produits chimiques (toxique et inefficace)

6) l’encadrement des entreprises et services publiques de désinsectisation

7) la prise en charge des intervention pour les propriétaires modestes

8) un fonds d‘indemnisation pour les personnes précaires ayant jetés leur mobilier

9) un service de ramassage des meubles infectés

10) Mise en place au niveau national d’un système de recueil des situations d’infestation par les punaises de lit afin d’avoir une vision réelle de la propagation (cartographie) 

 

Le DAL 31 possède une machine à vapeur sèche haute pression (jusqu’à 180°C ). Nous mettons actuellement en place un groupe d’utilisateur.trice.s, si vous êtes concerné.e.s contactez-nous au 0749143735 (Laurence)

COMMUNIQUÉ DU DAL31 DES MASQUES POUR TOUTES ET TOUS ? SAUF POUR LES PLUS PRÉCAIRES !

L’heure du déconfinement est arrivée. On aurait pu se dire que les pouvoirs publics profiteraient de ces deux mois pour préparer cette reprise dans des conditions sanitaires satisfaisantes.  
Malheureusement c’est tout l’inverse et le monde d’avant reprend du poil de la bête. Le gouvernement laisse l’économie de marché réguler le prix des masques alors qu’il aurait été essentiel de les distribuer gratuitement.  
La Mairie de Toulouse quant à elle, a pris la décision de distribuer des masques de protection par voie postale « pour tout le monde »… mais qu’en est-il de celles et ceux mis à l’abri dans un centre ou un hôtel d’urgence, ou tout simplement celles et ceux sans logement ?  
Nous nous retrouvons donc, à l’image de celle du début du confinement, dans une situation des plus absurde : le port du masque est obligatoire, mais aucune solution n’est apportée par les pouvoirs publics pour les populations les plus précaires.  Celles qui par ailleurs, subissent de plein fouet, depuis déjà deux mois, les conséquences financières du confinement (loyer, courses etc.). La solution proposée par la Maire sera-t-elle réellement d’imposer aux sans-abris de se payer eux-mêmes leurs masques ? Eux qu’on a abandonné lâchement pendant cette crise et qu’on a même voulu verbaliser ! La Mairie et la préfecture va-t-elle réellement les laisser à la rue sans aucune protection ?
Et bien, il semblerait que oui. En effet, nous avons appelé la Mairie à plusieurs reprises pour savoir s’il y avait des points de distribution pour les plus précaires et les sans-abris, et la seule réponse qui nous a été apportée était de nous dire « qu’ils n’avaient pas d’informations et qu’il fallait rappeler en fin de semaine pour peut-être avoir des solutions »… et d’autres services comme le 115 avouent tout simplement qu’il faut malheureusement les acheter.
Comment peut-on être si irresponsables ? Comment peut-on laisser à la merci de ce virus des populations aussi fragiles !
 
Nous exigeons des pouvoirs publics :
– la distribution gratuite de masques dans des points définis
– la mise à l’abri des sans-abris par la réquisition des bâtiments vides
– une suspension des impayés locatifs et une aide sociale conséquente pour les populations les plus précaires

Notre solidarité n’est (toujours) pas confinée !

Impossible de ne pas le savoir aujourd’hui, depuis le début du confinement, les personnes mal logées, souvent avec peu ou pas de ressources, sont encore plus isolées de la solidarité et de l’entraide pour vivre dignement. Certain·es, qui avaient des petits boulots, les ont perdus. Il est désormais encore plus difficile d’accéder aux colis alimentaires, de faire la manche ou de faire de la récupération de nourriture.
Dans ce contexte, se renforce et se développe une initiative de collecte et de redistribution alimentaire portée par plusieurs collectifs toulousains. Une solidarité inter-quartiers s’est ainsi mise en action au quotidien, permettant des distributions dans différents lieux de Toulouse, à raison d’une fois par semaine et par lieu.

Merci à toutes et à tous d’avoir donné et d’avoir relayé l’info ! Merci d’avoir joué de solidarité là où les « autorités » (l’Etat, le Département ou la Mairie…) ne prennent toujours pas leurs responsabilités. 
Par leur manque de réactivité, ces autorités démontrent encore une fois clairement qu’elles préfèrent ignorer volontairement la précarité à laquelle le système nous soumet. Pour exemple, il y a trois semaines, la préfecture a préféré bloquer des camions de la Banque alimentaire qui devaient fournir des lieux de distribution sous prétexte d’une surévaluation du nombre de personnes concernées ( ). L’arrogance et l’aveuglement du préfet l’empêchent d’envisager les conséquences directes de ses prises de position. 
L’indifférence et le cynisme des autorités se sont également manifestés face à l’absence d’accès à l’eau dans certains squats, ou par la fermeture des sanisettes et des parcs contenant des points d’eau essentiels pour les plus précaires.
Pour lui ouvrir les yeux, il faut que les médias relèvent les incohérences et l’iniquité des interventions de l’Etat. En définitive, et on ne s’en étonne plus, on ne peut compter que les un·es sur les autres !

La solidarité et l’autogestion collective restent les meilleures ripostes face aux atteintes libérales d’un Etat capitaliste. Et c’est ce qu’on tente de faire au mieux. Depuis le 23 mars, c’est plus de 20 lieux qui se sont associés pour collecter des denrées, toute la ville est désormais concernée ! Ce sont des dizaines de personnes qui se sont relayées pour ranger, trier, organiser, nettoyer et finalement réacheminer des centaines de colis alimentaires vers les plus précaires confinés en squats ou en hôtels. Grâce à la cagnotte en ligne, ce sont aussi près de 30 000 € qui ont été dépensés pour compléter les dons en nature.

Face au capitalisme et au mépris de l’Etat, 
la solidarité et l’autogestion sont la solution !

Avec le prolongement du confinement, les contours encore imprécis de la logique du déconfinement, les besoins d’approvisionnement en nourriture et en produits d’hygiène ne faiblissent pas. Nous relançons donc notre appel à une solidarité inter-quartiers.
Nous avons toujours besoin de:
• produits d’hygiène : savons, dentifrice, papier toilette, mouchoirs, shampoing,… et SURTOUT produits pour Bébés (couches n°2, 5, et 6, lait infantile en poudre n°1, 2, 3, lingettes, shampoing, crème hydratante, sérum physiologique …)
• nourriture :
– en priorité : riz, semoule moyenne, farine, oeufs, concentré de tomates, pâte d’arachide, sel, poivre, piments, huiles de cuisson, viandes Hallal (poulet, dinde, boeuf). 
– Dattes, sucre, miel, levure, lait, thé, café, épices, bouillons…
– autres : yaourts, fruits, légumes (dont ails et oignons), gâteaux, pain, lait
• jerricanes pour transport d’eau et bouteilles (certains lieux ayant toujours un accès à l’eau inexistant ou difficile),
• MASQUES fabriqués par vos soins (exemple de tutoriels),
• produits médicaux : paracétamol, huile essentielle de ravintsara, magnésium,
• produits de nettoyage : lessive, produits nettoyant multisurfaces, vinaigre, éponges, savon, gel hydroalcoolique (ou produits pour le fabriquer : aloe vera, glycérol, glycerine, alcool à 95°, eau oxygénée à 3%)

Si vous connaissez des familles ou des personnes isolées, mettez nous en contact avec elles.
Si vous avez des plans récup, ou si vous voulez contacter les grossistes qui sont près de chez vous pour de potentiels invendus, n’hésitez pas à le faire et à nous informer à :

Lien vers la cagnotte en ligne : 
www.helloasso.com/…/col…/notre-solidarite-n-est-pas-confinee

Lien vers la cagnotte de soutien de l’association de santé communautaire GRISELIDIS, pour les Travailleur·euses Du Sexe (TDS) en difficulté : 
www.griselidis.com/node/89

Lien vers une liste des lieux de distribution pour les personnes isolées : 
www.coeur-de-ville.com/…/Aides-alimentaires-crise-sanitaire…

Liens vers les lieux de collecte (répartis par quartier) :
https://pad.picasoft.net/p/LieuxCollectToulouse

Notre solidarité n’est (toujours) pas confinée !

Cet appel est soutenu par :
CEDIS · Atelier Idéal (à La Chapelle) · Collectif Russell · Collectif AutonoMIE · DAL31 · Groupement Pour la défense du travail Social (GPS) · Solidarity Union

Les permanences du DAL31

Voici la liste des permanences du DAL31, n’hésitez pas à relayer l’info !

PERMANENCES TOUS LES MARDIS

de 10h30 à 12h à Bagatelle

Association Partage (13 rue de l’Ukraine, métro Bagatelle)

de 17h30 à 19h à Empalot / St Michel

au local du CASC (10bis rue du colonel Driant, près du métro Saint-Michel)

PERMANENCE À COLOMIERS-BRAX TOUS LES JEUDIS
de 14h à 16h, lieu à déterminer en envoyant un mail à