COMMUNIQUÉ  DE PRESSE DU DAL31 : Pour respecter un couvre feu, il faut un toit et qu’il soit digne !

 
Alors que l’État engage des mesures hautement restrictives pour les libertés individuelles en instaurant un couvre feu, la préfecture, avec le soutien des mairies de Blagnac et de Toulouse, décide de jeter à la rue des dizaines de familles. À ce jour, aucune solution pérenne n’a été évoquée pour reloger ces personnes. Il en va de même pour les habitant-e-s du 36 rue Roquelaine, dont la situation et la promiscuité les exposent de façon dangereuse à la Covid. Ou encore les 11 étudiant-e-s sans abris qui luttent actuellement pour trouver un logement !
 
Jeudi 15 octobre, le personnel hospitalier défilait dans la rue pour dénoncer le manque de moyens face à l’épidémie. Dans le même temps, l’État annonçait des milliers de renforts dans les rangs de la police. Face à la situation sanitaire qui se dégrade dans la région toulousaine, la préfecture et les pouvoirs locaux ont sciemment décidé de mettre en danger des dizaines de familles en les expulsant des logements temporaires qu’elles occupaient, peu avant le début de la trêve hivernale. 
Ces personnes déjà en situation de grande précarité se retrouvent donc en position de vulnérabilité, dans l’urgence et sans accès aux soins, et ce en plein couvre-feu dont l’utilité pour lutter contre l’épidémie est discutable.
La priorité du gouvernement et des pouvoirs publics est donc claire : il faut continuer d’aller travailler en empruntant des transports bondés, quitte à risquer une contamination. Dans le même temps, peu de décisions sont prises pour lutter contre la pauvreté, la précarité et le manque de moyens dans le domaine de la santé !
 
Comment peut-on exiger de personnes sans logis qu’elles respectent un couvre-feu ?
Quelles solutions les pouvoirs publics mettent-ils sur la table pour reloger ces personnes et ainsi les protéger d’une contamination ? Comment demander à des mal-logéEs de rester confiner dès 21h dans des appartements insalubres et exiguës ?
 
 
Face à une situation sanitaire d’une ampleur inédite, le gouvernement doit cesser sa politique d’exclusion des plus précaires. Le DAL 31 exige donc :
 
l’arrêt immédiat des expulsions
la réquisition de toute urgence des logements et locaux inoccupés
des mesures budgétaires : rétablissement des APL, moratoire sur les loyers impayés, création d’un fonds d’aide aux impayés de 2 milliards d’euros
– l’abandon des mesures anti-squat de logements et locaux vacants. Pas de sans-logis en prison ! 
– de véritables mesures pour lutter contre l’épidémie, une politique cohérente, enfin !
Un Toit c’est un droit ! Couvre-feu ou non ! Covid ou pas !
 
DAL31
17/10/20

Communiqué : la ministre du logement à Toulouse pour appuyer un projet sans logements très sociaux ni écologie !

 
Le collectif NON au Gratte Ciel de Toulouse et le DAL Toulouse31 tiennent à donner leur position face à ce projet de Tour Occitanie et aux de la ministre du logement à Toulouse lors de sa venue à Toulouse (cf. l’article de La Dépêche).
 
 
LA MINISTRE DU LOGEMENT A TOULOUSE POUR APPUYER UN PROJET SANS LOGEMENTS TRES SOCIAUX NI ECOLOGIE !
 
Nous avons pris note des positions de la ministre du logement sur la Tour Occitanie et l’aménagement du quartier de la gare Matabiau dans cet article de la Dépêche. On conférence de presse est prévue cet après midi, il nous semble que certaines informations – importantes – ne lui ont pas été communiquées.
Tout d’abord, le « projet » à la signature n’est pas un projet global mais plutôt une « déclaration d’intention » de développement d’un quartier, au sens où il n’existe pas actuellement de plan global des futures constructions (autres que celui de la tour Occitanie). Les hauteurs maximum acceptables ont d’ailleurs été réduites, suite à la dernière enquête publique, faisant ainsi mentir le concept de nécessité absolue de construire haut pour maîtriser les emprises au sol !
 
Des logements, dit logements sociaux, encore à définir, seront répartis sur tout le domaine à aménager sans qu’on ait eu jusqu’à présent de garantie que des logements à louer, destinés aux toulousains les plus précaires (de type PLAI) font partie du projet et dans une proportion suffisamment notable pour absorber un peu du besoin des plus de 20 000 demandeurs modestes. Ce point majeur du point de vue social nous semble important à fixer avant toute acceptation « en aveugle » que ce soit.
 
Quant au projet de la tour Occitanie, notons que la tour elle-même n’abritera pas de logements sociaux, ni de parking d’ailleurs, sa conception dispendieuse (dont des jardins d’altitude de définition critique quant à leur résistance aux vents violents) et les coûts de son entretien ne le permettent pas. Le PLU a été modifié dans ce sens, et un premier recours en justice contre ces modifications est en cours, porté par Non au gratte-ciel de Toulouse, les Amis de la Terre 31, France Nature Environnement 31 et le DAL 31. Un second recours en justice concerne également des anomalies, notamment environnementales, du fait de l’extrême hauteur du bâtiment, relevées dans le permis de construire accepté un peu rapidement par la Mairie.
 
Et nous sommes surpris – voire véritablement choqués – d’entendre le Ministre donner ouvertement son support à un projet privé, comme le maire nous l’a répété à l’envi ces dernières semaines, qui est encore soumis à procédure judiciaire.
 
12/10/20
Non au Gratte-Ciel de Toulouse
DAL31

Stop aux punaises de lit !

Vidéo Benoît Maestre (http://www.lucioleprod.fr)

La ministre a annoncé le 6 octobre 2020 un plan d’action avec des propositions concrètes pour lutter contre le fléau des punaises de lit qui touche de nombreuses personnes.

Ce qu’on propose :

1) la reconnaissance qu’il s’agit d’un problème de SANTE PUBLIQUE et prise en charge des diagnostics et traitements par les pouvoirs publics 

2) un fonds d’urgence

3) un vrai plan national d’ERADICATION

4) un fond national de PRÉVENTION

5) l’Interdiction d’employer des produits chimiques (toxique et inefficace)

6) l’encadrement des entreprises et services publiques de désinsectisation

7) la prise en charge des intervention pour les propriétaires modestes

8) un fonds d‘indemnisation pour les personnes précaires ayant jetés leur mobilier

9) un service de ramassage des meubles infectés

10) Mise en place au niveau national d’un système de recueil des situations d’infestation par les punaises de lit afin d’avoir une vision réelle de la propagation (cartographie) 

 

Le DAL 31 possède une machine à vapeur sèche haute pression (jusqu’à 180°C ). Nous mettons actuellement en place un groupe d’utilisateur.trice.s, si vous êtes concerné.e.s contactez-nous au 0749143735 (Laurence)